Le plastique fou : cuisson, test et astuce !

Le plastique fou (ou plastique dingue), est un matériel assez sympa pour fabriquer de petits objets avec les enfants. Je l’ai d’ailleurs découvert lorsque Mr T. avait à peine 2 ans et qu’il a pu colorier un beau porte-clé pour son papa à l’occasion de la fête des pères.

Avant de vous parler, dans des articles à venir, de nos réalisations, je voulais faire un point sur l’utilisation et, surtout, la cuisson du plastique fou et vous donner une petite astuce pour ne pas se tromper sur la taille avant/après cuisson.
J’ai profité de l’occasion pour faire un test sur l’utilisation d’un sèche-cheveux à la place du four (histoire d’éviter de cuire de plastique dans mon four).

Bref, voici une récap’ plastique fou : cuisson, test et astuce !

Plastique fou trucs astuces

Le plastique fou qu’est-ce que c’est ?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette matière, le plastique fou se présente sous forme de feuilles plastiques, que l’on découpe et décore à son goût, avec des feutres, des crayons de couleurs, des tampons encreurs…, avant de le faire chauffer au four.
Avec la cuisson, le morceau de plastique réduit de taille et épaissit (rien ne se perd, rien ne se crée…).

Que peut-on faire avec du plastique fou ?

Généralement, on utilise le plastique fou pour faire des pendentifs (pour colliers, bracelets, boucles d’oreilles, porte-clés…), mais aussi des boutons personnalisés, des bagues… Vous pouvez trouver pas mal d’exemples, notamment, dans cet article.Plastique fou exemples

Quelles sont les différentes sortes de plastique fou ?

Parce que rien n’est simple, tous les plastiques dingues ne sont pas identiques !

Certaines feuilles sont lisses des 2 côtés et il faut donc gratter légèrement une face avec un papier abrasif (c’était le cas de celui que j’ai utilisé pour ce test et qui vient du site Magommette.com). D’autres sont vendues avec une face déjà poreuse où les couleurs accrochent sans « ponçage » préalable (c’est généralement plus cher).

Plastique fou preparationIl existe également plusieurs couleurs de plastique fou et même du plastique fou avec des imprimés. Généralement on trouve plus facilement des feuilles translucides ou transparentes (disons à moindre coût) et comme avec une feuille blanche, c’est là où on a le plus de possibilités !

Enfin, il y a plusieurs épaisseurs de plastique fou. Cela doit jouer sur le rétrécissement et l’épaisseur de l’objet créé ( je dois avouer que je n’ai jamais fait attention à ça en achetant).

Et pour la cuisson ?

Une fois décoré,  on peut découper la forme que l’on souhaite et la mettre chauffer au four (quelques minutes à 150°C) ou au pistolet à chaleur. Là elle réduit et épaissit à la cuisson, devenant un petit bout de plastique décoré bien solide.

L’avantage du plastique fou, c’est qu’il permet aux enfants très jeunes de personnaliser un beau (et petit) cadeau : pendentif sur un collier, bracelet ou porte-clé par exemple.

L’inconvénient, hormis le fait que c’est du plastique (je ne raffole vraiment pas du plastique pour des raisons écologiques), c’est qu’on a parfois du mal à voir ce que ça va donner en terme de taille et comment le chauffer correctement.

Mes astuces pour utiliser le plastique fou

Après cette présentation, voici (enfin !) mes petites astuces.

Astuce pour calculer le rétrécissement du plastique fou :

J’aime bien les chiffres et j’étais pas mauvaise en maths à l’école (chacun ses vices ;) ) mais honnêtement calculer le rétrécissement du plastique fou, c’est quand même galère !

Problème : Si je veux faire un pendentif rond de 3 cm de diamètre après cuisson, quel diamètre doit avoir mon cercle avant cuisson ?
Sachant qu’il est indiqué un taux de rétrécissement d’environ 7 fois sa taille sur certains modes d’emploi ou une taille de 45% après cuisson sur d’autres (ce qui est complètement différent) et rien du tout sur certains… Vous avez 2 minutes et les enfants qui réclament leur bout de plastique tout en essayant les feutres sur leur nouveau T-shirt à côté de vous (en sport, on appelle ça un handicap).

Solution : prenez un échantillon de votre plastique fou, dessinez dessus une petite règle de 10 x 1 cm, avec des graduations tous les centimètres. Regle etalon plastique fou

Passez au four ou au pistolet à chaleur. Et vous avez votre décimètre étalon ! Plus besoin de calcul ! Gardez-le précieusement pour les prochaines fois ;).Plastique fou etalon mesure

A ne pas oublier pour la cuisson :

Quelques trucs à ne pas oublier avant de mettre les créations au four :

  • percer un trou à la perforatrice avant de mettre au four,
  • arrondir légèrement les angles s’il y en a, car une fois cuit et bien durcit ça peut piquer,
  • ne pas mettre le mode « ventilation » dans le four s’il possède ce genre de programme (chez moi c’est le programme avec le petit symbole d’un ventilateur que j’utilise le plus quand je cuisine). Le plastique fou se soulève un peu avec le vent et peut se replier sur lui-même ou aller se coller au voisin,Cuisson four plastique fou
  • mettre le plastique sur un bout de papier sulfurisé pour éviter qu’il se colle dans le four.Plastique fou cuisson four

Mon test chauffage au sèche-cheveux

Je n’aime pas trop mettre du plastique à chauffer dans mon four (ni quoique ce soit de non alimentaire) mais je n’ai pas de pistolet à chaleur. J’ai donc voulu tester le sèche-cheveux pour faire rétrécir le plastique fou (ça marche bien avec les crayons de cire…).

J’ai refait une petite règle, en la décorant un peu avec différents feutres. Ainsi, j’ai pu constater que nos feutres magiques (1er dessin en bleu foncé) n’accrochaient pas contrairement aux autres.Plastique fou seche-cheveux testJ’ai donc tenté de chauffer le plastique fou en réglant mon petit sèche-cheveux sur très chaud et en tenant mon morceau de plastique avec un pic en bois pour ne pas qu’il s’envole.

Plastique fou seche-cheveuxLe résultat n’est pas concluant : le centre ne rétrécit pas à fond et reste à l’étape intermédiaire « gondolé et mi-rétréci », les extrémités ont un peu mieux rétréci mais ce n’est pas encore ça.

La preuve, à côté d’un morceau de la même taille d’origine, cuit au four :

Test plastique fou seche-cheveux

Je continuerai donc avec mon four, tant que je n’aurais pas investi dans un pistolet à chaleur. En même temps, contrairement aux crayons de cire, il n’y a aucune odeur après cuisson, ni dans le four, ni dans la pièce. C’est plus agréable et un peu rassurant par rapport aux émissions de produits pas top dans notre four.

Je le laisse quand même toujours s’aérer et j’éloigne les enfants une fois la porte du four ouverte (de toute façon c’est chaud).

Voilà mon petit partage d’expérience sur le plastique fou, très bientôt vous pourrez retrouver notre tuto de bracelets (un cadeau pour les cousines des garçons).

Ne partez pas sans vos activités à imprimer, c'est cadeau !
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *